Actualités >

Le ministère installe une commission « Prévention, sport et santé »

Le 25/04/2008

C'est le professeur Jean-françois Toussaint qui a été missionné pour conduire cette commission. L'objectif est d'élaborer un programme national de prévention pour les activités physiques et sportives. Pour accomplir sa mission, Jean-françois Toussaint s'est entouré des meilleurs spécialistes, issus des milieux sportif, médical, universitaire, paramédical. Les collectivités territoriales seront aussi associées au groupe de travail.

« Il est désormais établi qu'une demi-heure quotidienne d'activité physique modérée permet de gagner jusqu'à 14 années d'espérance de vie, rappelle avec fermeté Roselyne Bachelot, ministre de la santé, de la jeunesse et des sports. L'activité physique divise aussi par deux les risques de maladies coronariennes. Elle augmente le taux de bon cholestérol. Evidence entre toutes les évidences, l'activité physique permet de lutter contre le surpoids. Non seulement les effets de l'activité ont été prouvés contre certains cancers, mais elle a une incidence très nette sur le psychisme : bouger, marcher, et se dépenser, même modérément, permet de mieux résister au stress et à la pression sociale. Enfin, l'activité physique retarde les effets du vieillissement, et améliore nettement la qualité de vie des personnes âgées.

La ministre précise que si l'ensemble de la population française pratiquait une activité physique modérée mais régulière, les dépenses de santé pourraient diminuer de près de 20 %. « Ces évidences maintes fois redites, reprises, martelées, nous conduisent pourtant aujourd'hui à un constat : les vertus pédagogiques de la répétition ont leurs limites. Roselyne Bachelot veut donc changer les mentalités. La mission du professeur Jean-François Toussaint sera donc d'élaborer un rapport qui servira de base au programme national de prévention par les activités physiques et sportives que compte instituer la Ministre. Ce programme portera le nom de « Programme National de Prévention par les Activités Physiques ». « Le temps n'est plus aux grandes déclarations d'intention, aux généralités qui trop embrassent et mal étreignent. Nous devons désormais atteindre des publics larges, par des moyens ciblés.

Le PNAPS devra donc répondre à la question : « Comment en fonction de mon âge, de mes antécédents et de mes motivations, puis-je exercer concrètement une activité physique et sportive ?

La commission « Prévention, Sport et Santé » doit donc mettre en place les conditions devant permettre à la population française de bénéficier des effets positifs du sport dans la vie quotidienne. Ses objectifs ont été clairement définis par la Ministre : d'abord, mettre en place un programme national de prévention par les activités physiques et sportives. « Ce programme s'adresse à l'ensemble de la population française et se situe notamment au niveau de la prévention primaire. Autre objectif avancé par Roselyne Bachelot : promouvoir l'activité physique en intégrant plus fortement les professionnels du monde éducatif et sportif dans les démarches préventives.
Dernier objectif fixé par le ministère de la santé, de la jeunesse et des sports : réaliser des « bénéfices » importants en terme de « santé publique » pour un investissement limité sur le budget ou les ressources humaines de la mission santé. Le programme PNAPS apporte un complément au Plan National Santé Nutrition (PNNS) qui se limite à spécifier le besoin d'une pratique quotidienne de 30 minutes de marche ou d'activité physique modérée.

Les conclusions de la commission prendront la forme d'un rapport final comprenant le diagnostic et les orientations qui permettent de concrétiser le lien entre le sport et la santé. Ces conclusions sont attendues pour le mois de septembre 2008, afin que la population française puisse bénéficier de ces dispositions dès l'automne 2008. Par ailleurs, le respect de ce délai permettra de disposer des propositions d'actions lors de la présidence française de l'Union Européenne et, ainsi, de pouvoir les faire valoir dans ce cadre. Des pistes de travail ont d'ores et déjà été évoquées par Roselyne Bachelot. Parmi elles, « la consultation médicale préalable à tout départ en retraite » qui pourrait donner lieu à une évaluation de l'activité physique journalière du patient afin que le médecin puisse l'aider à la maintenir, voire à la développer, en tenant compte de ses conditions de vie et de ses pathologies éventuelles. Ou encore, la création d'un réseau, à l'échelon local, liant les médecins et les différents centres sportifs, associations, ou représentants locaux des fédérations, afin que les soignants puissent adresser leurs patients aux structures les mieux adaptées à leurs besoins.

Source : la lettre de l'économie du sport n°883 (18/04/2008)



Formations

Sport Sans Violence

BasiCompta

Mon club près de chez moi








PAVA

outil de calcul du cout de l'emploi

cliquez ici pour y accéder

Actualités associatives

Le poids du sport en Indre-et-Loire

• 1707 clubs
• 147 974 licenciés
• 1 habitant sur 4 pratique une activité sportive au sein d'une association
(chiffres 2014)

Recherche